Nos à-côtés 3 min  de lecture

Magda a rebondi à Trempoline où elle partage son expérience

T3 B4342

Depuis deux ans, nos collègues qui sont bénévoles au sein d’une association peuvent participer à l’appel à projets #bravoswde. A la clé : un chèque de 2.500 € pour l’association. Mine de rien, c’est une jolie somme. Magda figure parmi les cinq lauréats 2020. Elle représente Trempoline, une asbl qui vient en aide aux jeunes toxicomanes et à leur famille.

« La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre ». Sur les murs de la salle d’accueil, une petite fresque réalisée par une ado donne le ton. Car ici, c’est l’espoir et la bienveillance qui priment. Nous sommes chez Trempoline à Châtelineau. Cette association, qui se charge d’accompagner les jeunes (et moins jeunes) toxicomanes et leur famille, est une île dans un océan tourmenté.

Les révélations d'une mère

Parmi les professionnels qui œuvrent au quotidien pour redonner de l’espoir aux familles, quelques bénévoles apportent leur expérience de terrain en co-animant des groupes de discussion. Magda (RH à Couillet) fait partie de ces équipes.

« Je suis arrivée chez Trempoline il y a 10 ans, un peu par hasard. Mère d’un jeune toxicomane, je ne savais plus vers qui me tourner pour trouver une issue à une situation qui me dépassait. En participant à des réunions avec d’autres parents, j’ai commencé à entrevoir la situation différemment. Alors que j’essayais en vain de modifier le comportement de mon fils, j’ai compris que c’était moi qui devais adapter certains de mes comportements. Nous n’avons pas la télécommande pour changer l’autre, par contre notre changement peut induire chez lui une autre attitude. Ça a été une révélation… et ma relation avec lui a évolué de manière radicalement différente ».

Groupe de parole

Il y a quatre ans, les responsables de l’association proposent à Magda d’intégrer les équipes de soutien de Quai Jeunes. Il s’agit d’un nouveau service qui propose une prise en charge non seulement des jeunes consommateurs de drogues, mais aussi de leurs proches. L'expérience que Magda a vécue est précieuse. Elle peut très avantageusement contrebalancer l’approche plus « théorique » des psychologues.

19-11-Parentsemble

« Nous nous sommes d’abord rendus à Séville, en Espagne, pour comprendre les bonnes pratiques d’une association qui travaillent depuis des années avec les adolescents toxicomanes. Pendant une soirée toutes les deux semaines, je co-anime avec Gaëlle, la psychologue, des groupes de discussion avec les parents. C’est à chaque fois un moment privilégié pendant lequel ils peuvent partager ce qu’ils vivent et ce qu’ils ressentent. Durant ces réunions, les enfants sont pris en charge par une autre équipe à l’étage ».

Comme notre objectif est de faire passer un message d’espoir aux parents, nous vivons souvent des moments chargés d’émotions.

Magda
Magda , Employée au service RH - Couillet

Durant cette belle soirée de fin d’été, les parents ont pris place, en cercle, dans la salle de réunion. Si l’atmosphère est joviale, on perçoit une certaine tension. Maurice (nom d'emprunt), qui est là pour accompagner sa femme (comme il se plait à le préciser), est sur la réserve. « Je n’aime pas trop m’exprimer et parler de moi, déclare-t-il. Je veux juste que ma femme, soit heureuse ». 

Magda le rassure : « Je te comprends, tu sais Maurice. J’ai été comme toi. Mais je pense que c’est important de parler en « je ». Lorsque je parle de moi, je ne juge pas. Je me contente en fait d’apporter mon vécu et mon ressenti. Je veux juste trouver ma solution ».

Mission accomplie

Les échanges se poursuivent et chacun décharge son fardeau, le répartit sur l’assemblée, pour s’en retourner plus léger. Durant la pause de 19h00, la consigne est formelle : on ne parle pas du sujet qui nous préoccupe, il prend déjà toute la place dans nos pensées. On parle d’autre chose et on laisse les problèmes dans la salle. Lorsque la séance reprend, la discussion se fait plus légère. L’ambiance est à la détente. Sur le visage souriant de Magda, on peut lire ce message : mission accomplie !

Trempo3_flou
Magda (à gauche) partage la table d'adolescents pris en charge par Trempoline, lors d'une activité estivale

Grâce au chèque de 2.500 €, Trempoline a pu acheter des vélos et financer des activités ludiques, psychopédagogiques et sportives pour un groupe de 10 jeunes toxicomanes.

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Investissons aujourd’hui pour demain

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 02
En savoir plus