Chez nous 2 min  de lecture

Une grue et une mini-pelle à l’assaut du château d’eau d’Herchies

Château d'eau d'Herchies

C’est la première fois que cette méthode particulière est utilisée à la SWDE. Conclusion : le parement a été démonté 2 à 3 fois plus rapidement qu’avec une méthode classique, permettant une meilleure gestion des gravats. Le tout sans abîmer les blocs de béton à l’arrière du parement. Retour en images sur ce chantier pas comme les autres.

En mars 2017, le château d’eau d’Herchies (commune de Jurbise, dans le Hainaut) montre quelques signes d’essoufflement : sur le côté gauche, la maçonnerie fait « panse de vache ». Quelques jours plus tard, une portion du parement s’écroule au sol. « Vu l’état général, nous avons décidé d’entreprendre une rénovation générale de ce parement », explique Fabrice Gobert, ingénieur investissement pour la zone Ouest.

Ch%C3%A2teau-deau-Herchies-2017-2
En mars 2017, la maçonnerie commence à bomber
Ch%C3%A2teau-deau-Herchies-2017-6
Peu de temps après, une partie du parement se détache.
Ch%C3%A2teau-deau-Herchies-2017-3
25m² de briques se retrouve au sol. Heureusement, pas de blessé, personne n'étant sur le site à ce moment-là.

Nous voici en mai 2021. Le temps est venu de procéder aux travaux de démolition du parement. Pourtant, pas le moindre échafaudage comme c’est le cas habituellement… A la place, une grue télescopique est positionnée à côté du château d’eau. Cette grue soulève un conteneur. Et dans ce conteneur… une mini-pelle.

CdE_Herchies-2
La mini-pelle entre en action.

C’est une proposition de l’entrepreneur. Comme la parcelle était petite, c’était plus facile de gérer les déchets de gravats, vu que la mini-pelle fait tomber de plus gros morceaux que des ouvriers présents sur un échafaudage.

Fabrice Gobert
Fabrice Gobert , Ingénieur investissement – Production Zone Ouest
CdE_Herchies-141
La mini-pelle fait tomber de plus gros morceaux de gravats qu'une méthode classique.
CdE_Herchies-182
Une technique bien adaptée pour la gestion des gravats vu la petite taille de la parcelle.

Grâce à cette méthode, tout était démonté en moins d’une semaine. Avec la méthode habituelle où on installe un échafaudage et on démonte petit à petit, cela aurait pris 2 ou 3 fois plus de temps.

CdE_Herchies-10

Il ne fallait pas abimer la structure portante de blocs de béton à l’arrière. On avait quelques craintes mais elles ont vite été apaisées, notamment suite à l’avis remis par nos collègues du Bureau d’études.

CdE_Herchies-180
CdE_Herchies-280
Même si cette technique est plus rapide, elle génère d'autres contraintes : si le vent souffle de trop, il faut interrompre le travail pour éviter tout risque.

Au vu du retour d’expérience positif, on pourrait tout à fait envisager de renouveler l’expérience si les conditions s’y prêtent.

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Tous acteurs de notre avenir

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 01
En savoir plus