Revue de presse 4 min  de lecture

150.000€ économisés à la Ville de Verviers grâce à easyCONSO

Screen Shot 03 27 24 at 09 44 AM 001

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le 22 mars, de nombreux médias ont mis en lumière l’impact positif de notre service easyCONSO et son compteur intelligent qui remonte toute consommation anormale sur un réseau intérieur. Découvrons en détail, ce que les médias ont dit de nous en ce mois de mars.

Avec plus de 2.500 compteurs installés depuis son lancement, le service easyCONSO rencontre un vrai succès. Rien qu’à la Ville de Verviers, comme le signale La Meuse, c’est près de 150.000€ d’eau qui ont été économisés grâce à ce système.

Les secteurs public et privé recourent aussi à ces compteurs intelligents. Ainsi, au CPAS de Verviers, à l’AIDE, à la SPGE, chez 3B Fibreglass à Battice, chez Delacre, à Lambermont, ou chez Hexcel Belgium, à Welkenraedt.

Extrait de La Meuse Verviers , publié le 23 mars

Du côté de Brunehaut, petite commune en province du Hainaut, la dizaine de compteurs placés permet d’intervenir plus vite, comme l’explique ce reportage de Notélé.

A Charleroi, après la Ville c’est au tour du CPAS de placer des compteurs. Télésambre était présent pour suivre l’installation du premier compteur d’un home pour personnes âgées à Couillet par nos 2 collègues fontainiers Claire et Corentin.

Voir le reportage de Télésambre
Screen-Shot-03-27-24-at-09.45-AM
Corentin, fontainier qui place nos compteurs easyCONSO explique le fonctionnement de ce service.

Un château fort pour sécuriser l’eau des habitants de Gembloux

L’Avenir s’est intéressé au chantier de construction du château d’eau de Gembloux. L’occasion pour la SWDE de continuer à informer et sensibiliser un maximum de mondes à nos chantiers de sécurisation de l’approvisionnement en eau de la Wallonie.

Haut de 45 mètres, ce château d’eau dont nous vous parlions récemment, contiendra 1,5 million de litres d’eau.

Ce nouveau château d’eau ne vient pas en remplacement mais bien en appui de ceux de Beuzet ou de Gembloux, tous deux plantés le long de la N4. Il doit permettre de répondre à tous les besoins, à tous moments. Cela permettra de desservir quarante mille raccordements.

Ramesh
Ramesh , ingénieur investissements interrogé par L’Avenir

A noter que L’Avenir et la DH ont également évoqué en mars un autre chantier du schéma directeur. Celui-là concerne la pose de nouvelles conduites à Vielsalm.

A Chaumont-Gistoux, l’abattage d’un château d’eau pose moins de souci que l’abattage d’arbres…

Du côté de Chaumont-Gistoux, à Corroy-le-Grand, L’Avenir annonce que nous allons démolir un château d’eau devenu inutile. Une information qui ne fait pas de remous, contrairement à une autre, où il est question d’arbres à abattre sur un de nos site de captage de la même commune. Les autorités communales ont remis un avis défavorable à cette demande, estimant notamment que cela manquait de détails, qu’il y a des risques d’érosion et de ruissellement d’un talus très pentu. Affaire à suivre…

Des conventions avec les communes qui ont leur réseau d’eau : l’exemple de Libin

Il reste encore, notamment en province du Luxembourg, de nombreuses communes propriétaires et gestionnaires de leur réseau. Souvent, ces communes souhaitent rester autonomes. Ce qui ne les empêche pas de signer des conventions avec nous, souvent pour leur fournir une alimentation en eau en cas de besoin. C’est ce que met en lumière cet article relayé par la DH et L’Avenir sur l’accord conclu par la commune de Libin.

Le principe de fourniture d’eau par la SWDE, au départ de son site de Bras (Libramont) à la commune de Libin, en cas de besoin, est entériné. En échange en contre paiement, la commune peut aussi fournir aussi la SWDE en eau au départ du réservoir de Galaxia.

Extrait de l’article de la DH du 14 mars

Les conventions peuvent aller au-delà de la simple fourniture d’eau. Cela peut concerner également la recherche de fuites ou la réalisation d’études, comme à Bouillon dont nous parlions en 2021.

Revoir l’article sur Bouillon

L'intelligence artificielle va-t-elle épuiser les réserves d'eau mondiales?

C’est une question très sérieuse relayée par le journal L’Echo : le fonctionnement des outils comme ChatGPT requiert une puissance de calcul considérable, ce qui nécessite l'utilisation d'immenses datacenters remplis de serveurs. Ces datacenters, il faut en permanence les refroidir et pour cela, on utilise de l'eau, souvent réfrigérée, qui va absorber la chaleur de l'air. Une partie de l'eau s'évapore au cours du processus de refroidissement, tandis qu'une autre peut être réutilisée. Cela se fait généralement en circuit ouvert, ce qui est synonyme d'une consommation très importante.

Deux ensembles de chiffres mis en avant :

  1. Microsoft a augmenté sa consommation d'eau de 34%, Google de 22% et Meta (Facebook, Instagram) de 3%
  2. 10 requêtes à ChatGPT équivaudraient à boire une bouteille de 50 cl

À un moment donné, il faudra faire des arbitrages, notamment sur la question de l'eau.

Avis d’un collectif belge , Dans l'Echo du 16 mars

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Le client, c’est l’affaire de chacun

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 04
En savoir plus