Notre avenir 4 min  de lecture

A Bouillon, l’"ogre SWDE" se fait bon génie

A Bouillon, l’"ogre SWDE" se fait bon génie

La province de Luxembourg se distingue par la vingtaine de communes qui gèrent solo leur réseau de distribution d’eau. Bouillon fait partie du nombre. Mais quand les étés caniculaires jouent les fauteurs de trouble, Bouillon souffre. Confrontée à des pénuries de plus en plus fréquentes, la cité ardennaise a décidé de faire appel à la SWDE pour conjurer un appauvrissement en eau devenu saisonnier. Mais pas que... Naissance d’un partenariat multiple qui risque de faire des petits.

A Bouillon, comme dans de nombreuses entités avoisinantes, un constat s’impose : la gestion de l’approvisionnement en eau potable, c’est chasse gardée. Même si la SWDE ne revendique absolument aucune mainmise en la matière, elle est perçue par beaucoup -et nous l’avons entendu- comme “une grosse structure qui veut imposer sa loi”!

Vue-sur-le-château-depuis-le-pont-de-Liège
Comme la moitié des communes de la province de Luxembourg, Bouillon gère son propre réseau de distribution d’eau.

Accoudé à la balustrade qui longe le parking du majestueux château-fort, jadis propriété du croisé Godefroy, Patrick Adam, le bourgmestre tempère : « Pour Bouillon, la gestion de l’eau a toujours été au centre des préoccupations communales, quelle que soit l’appartenance politique. Nous avons toujours disposé de notre propre réseau de distribution et nos administrés y tiennent. Même si nos infrastructures ne sont plus toutes jeunes, elles ont toujours bénéficié d’un entretien et d’un renouvellement réguliers. Notre réseau est donc loin d’être obsolète et les investissements que nous devons consentir annuellement sont amplement supportables pour la commune. »

En un mot comme en cent : le réseau de production et de distribution d’eau est intimement lié à l’histoire de la ville. Et il n’est pas question de transiger sur une quelconque redistribution des responsabilités en la matière. En d’autres mots, l’eau du robinet est et restera bouillonnaise !

« Il n’empêche qu’il devient de plus en plus difficile pour un petit producteur d’eau comme nous de pouvoir faire face à toutes les contraintes, reconnaît Patrick Adam. Nous sommes bien conscients qu’il n’est plus envisageable d’assurer seul la gestion de notre réseau. »

Fournir de l’eau à une population décuplée en été

Aujourd’hui, l’entité de Bouillon dispose de 11 captages répartis sur tout son territoire. Elle ne manque pas vraiment d’eau, même si les nappes superficielles qui se trouvent sur le plateau ont tendance à s’assécher rapidement. Le véritable problème se situe au niveau du stockage de cette eau et de la vitesse de remplissage des réservoirs actuellement disponibles.

p27_carte
Bouillon figure parmi les 18 communes qui, en 2020, ont été sous arrêté de restriction de l’usage de l’eau.

« L’équation est simple, explique Alain Houthoofdt, le premier Echevin de Bouillon. Nos réservoirs communaux disposent, à l’heure actuelle, d’une capacité de stockage amplement suffisante pour alimenter nos 5.000 habitants durant 10 mois. Mais en juillet et août, notre population se multiplie par 10. Nos installations sont régulièrement en rupture lorsque des pics de consommation surviennent. Les réservoirs qui se vident n’ont tout simplement pas le temps de se remplir durant la nuit ».

D’où l’idée de faire appel à une plus grosse structure, en l’occurrence la SWDE pour sécuriser l’approvisionnement en eau, particulièrement durant cette période critique. On ne parle pas ici de reprise du réseau communal comme à Fauvillers en 2016, mais d’une convention de partenariat qui permet à la commune de Bouillon de pouvoir compter sur la SWDE en cas de coups durs.

Nous sommes parvenus à un accord qui respecte chacune des deux parties prenantes. Nous gardons notre indépendance et la SWDE nous apporte ses ressources et son expertise.

Patrick Adam
Patrick Adam , Bourgmestre de Bouillon

Les détails du partenariat

Le premier Echevin précise les différents points qui font partie de la convention approuvée fin mars par le conseil communal de Bouillon. L’un d’entre eux concerne notamment la mise à disposition, par la SWDE, de deux réservoirs d’appoint jusqu’alors peu ou pas utilisés ; mais qui vont fournir à Bouillon une capacité de stockage de 700 m³ supplémentaires : « Une inspection effectuée récemment avec les équipes de la SWDE a montré qu’ils étaient en parfait état de marche ».

La convention prévoit un accord de coopération. C’est-à-dire qu’en cas de fuites, de travaux à effectuer ou d’études à mener, nous pouvons solliciter les équipes de la SWDE de manière ponctuelle 

Alain Houthoofdt
Alain Houthoofdt , Premier échevin de Bouillon

« Grâce aux infrastructures de la SWDE, que nous pourrons solliciter lorsque nécessaire, nous sécurisons plus de 90% de notre commune. Nos achats d’eau à la SWDE vont aussi augmenter de 32,5%. Ces achats sont indispensables car ils nous permettent de mélanger notre eau très ferrugineuse à une eau plus calcareuse fournie par la SWDE. Ce mélange nous permet d’éviter des traitements coûteux. Pour surveiller la qualité de notre eau, nous allons également faire appel au laboratoire de la SWDE ».