22 mois pour réaliser un projet ambitieux

22 mois pour réaliser un projet ambitieux

Le projet de Sprimont a mis presque 2 ans à se réaliser. Cela peut paraître long aux yeux de certains. Pourtant, dans la réalité, la durée a été bénéfique à l’ensemble de la SWDE, avec des conséquences indirectes et (parfois) inimaginables.

Le projet autour de Sprimont, lancé en février 2019, s’est terminé en avril 2021 : plus de 22 mois. Si le Covid-19 justifie certaines difficultés à réunir les participants, d’autres raisons expliquent la durée du projet.

Certains gestionnaires du projet parlent même de 2 mois effectifs, sur les 22 mois pointés.

Le temps pour installer une nouvelle méthodologie

Dès le départ, le projet devait installer une nouvelle dynamique. “C’est la première fois que nous travaillons de cette manière-là. Il a fallu dans un premier temps installer la méthode pour avancer ensemble”, indique Henri Pecheur, Directeur Production - Zone Est.

Pour commencer, Thierry Ponsen, coordinateur du projet, et Philippe Beaujean, expert hydraulique, ont réuni l’ensemble des personnes concernées. Mais très vite, ils se sont aperçus qu’il était plus efficace de travailler en petits comités.

De plus, sur le terrain, certaines informations se transmettent difficilement par les mails. Les chefs d’équipe ont donc pris le temps de discuter avec leurs agents pour expliquer le projet et son sens.

Revoir les autres épisodes de cette série

Le temps pour mieux connaître les ouvrages et les réseaux

Le projet a débuté par la récolte de données. Cette étape a été assez conséquente pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les équipes devaient chercher les informations, en plus de gérer leur travail d’exploitation ou de maintenance au quotidien ou encore le travail de garde..

Ensuite, il y avait peu de données précises ou des données non-actualisées : pas toujours de plans, pas de mise à jour du SIG après certains travaux, vue partielle des ouvrages. Les équipes de terrain devaient donc investir davantage de temps que celui estimé pour récolter les données. C’est bien simple, il a fallu un an pour obtenir suffisamment de données permettant d’établir une première version du modèle hydraulique.

C’est clair, nous avons parfois passé beaucoup de temps à chercher les informations. Ce n’est pas du temps perdu, car grâce à cela, nous connaissons mieux notre réseau. Nous pourrons mieux le gérer, notamment en cas d’imprévus

Arnaud Mary
Arnaud Mary , Ingénieur exploitation (Distribution - Liège)

Le temps pour mieux gérer les travaux à moyen et long terme

Le modèle hydraulique a permis d’initier une série de changements basiques. De fait, certaines anomalies détectées ont été rectifiées.

D’autres petits travaux, tels que la modification d’une conduite ou le changement de pompe, ont également pu être réalisés dans un premier temps.

Même si cela a demandé 22 mois, la région de Sprimont est en passe de résoudre durablement ses problèmes de débit et de pression. Le projet a en effet permis d’établir des priorités au niveau des investissements à moyen et à long terme. Des travaux de rénovation et construction ont été planifiés dans la zone jusqu’en 2026.

C’est donc du temps gagné pour l’avenir.