Covid-19 2 min  de lecture

3 questions à Vincent Lafosse  - La Logistique, pourvoyeuse de sécurité

3 questions à Vincent Lafosse  - La Logistique, pourvoyeuse de sécurité

Les lundis 18 mai et 8 juin sont deux dates pivots de cette année si particulière. Elles évoquent le retour au travail après la première période de confinement. La Logistique a été l’une des artisanes majeures de cette double reprise. A la tête du service, Vincent est le deuxième témoin-clé de notre série d’articles rétrospectifs sur 2020.

L'adaptation de nos locaux pour permettre les gestes barrières était une étape préalable au retour de chacun sur son lieu de travail. Les équipes de la Logistique ont mis les bouchées doubles pour que tout soit prêt à temps et en heure ?

Vincent Lafosse : En effet. Le mérite en revient surtout aux équipes du Facility. Il fallait à tout prix que l’ensemble de nos collègues puissent revenir sur leur lieu de travail avec un maximum de garanties concernant la protection de leur santé. Les équipes ont cravaché pour sécuriser chaque site avec une signalisation adéquate. En aménageant des parois en plexi ou encore installant des distributeurs de gel hydroalcoolique. Lors de la reprise des activités en juin, nous avons également augmenté les fréquences de nettoyage et dû aménager nos locaux afin de respecter les distances de sécurité.


En matière d’approvisionnement, les mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19 vous ont aussi donné du fil à retordre ?

V.L. - Oui, et pas qu’un peu ! La crise sanitaire a non seulement eu un impact sur notre manière de gérer nos bâtiments, mais elle a aussi mis à rude épreuve notre capacité d’approvisionnement. En matière d’EPI, par exemple. Nous n’avons, en stock et en suffisance, que les équipements de protection individuelle nécessaires pour les interventions de terrain : casques, lunettes, gants, etc. Les circonstances ont fait que nous n’avons pas eu d’autre choix que de nous procurer en urgence des masques chirurgicaux et FFP2, des gants synthétiques, des combinaisons spéciales, etc. Nous avons dû trouver des filières de vente et, surtout, des fournisseurs fiables.

La crise a renforcé notre conviction selon laquelle nous devions revoir notre manière de concevoir certains marchés. Exemple : le “dual sourcing”, soit le fait de prévoir deux fournisseurs, n’était pas dans nos habitudes. Aujourd’hui, ça le sera pour les articles stratégiques

Vincent Lafosse
Vincent Lafosse , Manager service Logistique

La fermeture des frontières et l’interruption des activités dans certaines entreprises ne vous ont pas aidé pour alimenter vos stocks. Comment avez-vous réagi ?

V.L. - Pour éviter de devoir travailler à flux tendu et éviter tout risque de rupture, les commandes, les livraisons et la distribution du matériel ont été planifiées en fonction d’une méthodologie très rigoureuse. Nous savions que la moindre dérive pouvait avoir des conséquences très importantes sur l’ensemble de nos activités et sur les services fournis à nos clients. Comme nous travaillons avec des fournitures en provenance d’Italie (qui a été impactée plus tôt), nous avions déjà anticipé la crise avant le confinement du mois de mars. Nous avions évalué les risques et commandé à l’avance tout le matériel technique nécessaire pour les équipes qui travaillent sur le terrain.