Covid-19 3 min  de lecture

A fond solidaire avec nos compagnies de théâtre

A fond solidaire avec nos compagnies de théâtre

Depuis le début de la crise du coronavirus, la SWDE multiplie les gestes de soutien. D’abord envers nous, son personnel. Puis, envers nos clients et nos fournisseurs. Les quatre petites structures de théâtre que nous parrainons ont, elles aussi, reçu une bouffée d’oxygène.

Le vendredi 13 mars 2020, je jouais dans une école. En rechargeant le décor dans la camionnette, je sentais que quelque chose de terrible s'enclenchait, se souvient Guy Robert, créateur, metteur en scène et interprète de “L’eau cassée” et de “L’eau rangée. J'ai dit au revoir à la directrice de cette école. Elle aussi était désemparée. Puis, je suis rentré chez moi. L’incertitude liée à la réouverture des écoles après les vacances de Pâques sonnait pour moi la fin de la saison. C’était foutu, au moins jusqu'en juin !

Quand est arrivé le confinement, Guy Robert a remis en cause l'existence de sa compagnie théâtrale
Quand est arrivé le confinement, Guy Robert ("L'eau cassée") a craint pour l'avenir de sa compagnie théâtrale

Partenaires depuis plus de dix ans

La Chakipesz Théâtre de Guy Robert, ainsi que trois autres compagnies, bénéficient du soutien de la SWDE depuis plus d’une dizaine d’années. Leur point commun : elles proposent un spectacle de sensibilisation à l’eau pour les maternelles et les primaires. La SWDE intervient pour moitié dans le prix des places. Les écoles paient le reste. Puis, le Covid a stoppé net leur activité. Catastrophe ! Les voilà, du jour au lendemain, privées de rentrées financières.

La SWDE décide alors de jouer à fond son rôle de partenaire. Avec la même intensité qu’elle a pris à bras le corps ses responsabilités d’employeur et de service public, soucieuse de son personnel, de ses clients et de ses fournisseurs. Elle prend en charge l’entièreté des coûts des représentations tout au long de l’année scolaire 2020-2021. Les écoles n’auront pas à débourser un seul centime.

Découvrez les 5 spectacles que nous parrainons

L'émotion des troupes

Quand j'ai appris que la SWDE avait décidé de nous soutenir, d'être à nos côtés dans ces moments pénibles, j'ai ressenti de l'émotion, poursuit Guy Robert. Beaucoup d'émotion ! La SWDE prenait ses responsabilités et montait au créneau et cela, au moment où je n'espérais plus aucune aide de la Région wallonne, ni de la Communauté française.

J’ai été touchée par le côté humain du geste de la SWDE. Tout à coup, cette gigantesque société se penchait sur nous et prenait compte de nos difficultés. Un jour en famille, j’ai littéralement levé mon verre à la SWDE !

Agnès Lohest
Agnès Lohest , Comédienne, Goutte d’eau
6.2020_07_GOUTTE_EAU_09_lowdef
"Dans les temps actuels, nous avons besoin d’actes solidaires qui nous dépassent !" (Agnès Lohest - Goutte d'eau)

Guy Robert ne se cache pas. Le geste de la SWDE tombe à pic : “Sans cette aide providentielle, je devais revoir complètement ma fin de carrière. Je remettais en cause l'existence de ma compagnie théâtrale”.

Le bonheur des écoles

Les compagnies ont ressenti vraiment l’effet de ces mesures au lendemain de l'annonce de la gratuité des spectacles pour les écoles sur notre page Facebook (plus de 80.000 vues !). Les enseignants se sont rués sur l’aubaine. Guy Robert témoigne : “Depuis l’annonce, je passe le plus clair de mon temps au téléphone. Le nombre incroyable de coups de fil et de mails reçus vont sans doute me conduire à une situation inédite. Je vais être obligé d’annoncer que nous ne pouvons plus prendre de nouvelles dates, à moins que les écoles ouvrent le week-end...

Pompe et robinet
Pouvoir accueillir gratuitement les spectacles (ici "Pompe et robinet"), c'est une véritable aubaine pour les écoles

Quant aux enseignants, ils ont perçu le caractère exceptionnel et généreux de cette offre. C’est du pain béni pour les instits et leurs classes ! “Les écoles sont reconnaissantes envers la SWDE, constate Guy Robert. Elles vont pouvoir proposer un spectacle à leurs enfants alors que les caisses ont subi un sacré manque à gagner suite à l'absence de fête scolaire. Une directrice m'a même dit : "Grâce à cette intervention je suis sauvée, je vais pouvoir offrir une St-Nicolas à mes enfants" !