Nos projets 4 min  de lecture

Camion d'aspiration et inspirations diverses

Nouvelle technique de REC fuite

Fin d’année dernière, le jury de la toute première campagne « Nos idées ont de la valeur » accordait un bon de développement à trois projets porteurs. Six mois plus tard, comment nos collègues à l’origine de ces idées les ont-ils fait germer ?

De février à juin, les trois équipes lauréates de la première saison de Nos idées ont de la valeur ont rejoint, à raison de ± 2 jours par semaine, un « incubateur » dans lequel elles ont bénéficié d’un accompagnement pour dynamiser leur idée. Et, entre autre, vérifier dans quelle mesure leur projet pouvait être viable et réellement porteur d’intérêt pour la SWDE…

Revoir la vidéo de sélection du jury

Au sein de cet « incubateur », nos collègues ont été considérés comme s’ils étaient des initiateurs d’une start-up. Ils y ont notamment appris à tester rapidement et à moindre coût toutes les pistes envisageables de développement de leurs idées. De cette façon, on valide ou on abandonne avant de perdre du temps et/ou de l’argent.

Ils ont été invités à sortir de leur zone de confort. A contacter des clients potentiels, à sortir du bureau pour aller confronter leurs idées avec la réalité du terrain ou encore à voir au-delà de nos frontières ce qui se fait ailleurs.

Quel état d’avancement pour les 3 projets incubés ?

Un camion aspirateur pour les terrassements

Pascal et Chantal ont demandé l’avis de plusieurs collègues. Ils sont allés observer des chantiers faisant déjà intervenir un camion aspirateur. Leurs investigations confirment plusieurs hypothèses. D’abord, celle que le camion aspirateur est une source d’amélioration du bien-être au travail pour les fontainiers. Une autre hypothèse concerne l’augmentation de la performance de nos services. Le recours à un tel engin de terrassement peut augmenter le nombre de nos réparations en voirie. Et on ne parle pas ici de la réduction d'encombrement de la voirie avec les terres et déchets des fouilles…

MicrosoftTeams-image-7

A partir du mois de septembre, Pascal et Chantal permettront à plusieurs équipes de fontainiers issues des secteurs de Maintenance de participer à des tests en situation réelle avec un camion d’aspiration de location. Le moment venu, nous en parlerons bien entendu sur nous.swde.

Revoir la présentation de Chantal et Pascal (décembre 2021)

Drones au service des exploitants

La deuxième idée défendue par Olivier, Sigrid et Mathieu a pris, en cours d’idéation, d’autres pistes que celle envisagée au départ : la localisation de fuites par drones.

Le spectre de leurs réflexions s’est élargi à l’ensemble des technologies de pointe qui pourraient améliorer notre recherche de fuites. Après des interviews auprès de différents secteurs et l’analyse de nos données, ils ont dressé le constat suivant : le matériau intervenant dans la composition des conduites, leurs diamètres à dimension variable, la nature des sols et les bruits environnants (différents à la ville ou à la campagne), empêchent l’existence d’une technique unique. Du coup, plusieurs pistes vont être explorées. Celle de la caméra infrarouge montée sur drone, pour embrayer l’idée originale. Mais aussi le recours à des chiens renifleurs, au radar à pénétration de sol (ou géoradar) et à l’induction électromagnétique (photo de couverture). Nous évoquerons chacune de ces techniques dans de futurs articles de nous.swde.

En parallèle, le projet a également permis de mettre en avant d’autres améliorations possibles pour faciliter le travail, comme par exemple une meilleure formation aux outils de détection.

Revoir la présentation de Olivier, Sigrid et Mathieu (décembre 2021)

Recherche de fuites sur les réseaux privés

Leslie a la paternité de la dernière idée. Elle imaginait déployer notre expertise en matière de recherches de fuites sur d’autres réseaux que les nôtres, y compris des réseaux privés. Les communes et intercommunales, les hôpitaux, les parcs d’attractions, les universités, les aéroports ou les grandes entreprises ont également des canalisations d’eau enterrées qui peuvent subir des dégâts.

Dans l’incubateur, Leslie –qui s’est adjoint le précieux concours de Jérôme et Nathan- est partie à la rencontre de tous ces acteurs pour mieux comprendre leurs besoins. Certains ont surtout des soucis pour cartographier leur réseau. D’autres n’ont pas de système efficace leur permettant de détecter rapidement des anomalies de consommation… et donc de prendre conscience de fuites éventuelles. L’analyse du marché et des besoins des clients se poursuit…

Revoir la présentation de Leslie (décembre 2021)

Si, comme nos 8 collègues qui ont travaillé dans l’incubateur, vous avez une bonne idée que vous aimeriez développer, gardez-la bien au chaud. La prochaine campagne interne d’appel à projets d’innovation commencera début 2023.

***
Photo de couverture - A l'issue de la période d'incubation, Sigrid a été partiellement détachée de son temps de travail pour poursuivre le développement du projet relatif à la recherche de nouvelles techniques de recherche de fuites (initialement basé exclusivement sur l'utilisation de drones). Elle est ici en compagnie d'un étudiant de l’ULiège qui teste la localisation de canalisations par induction électromagnétique.

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Tous acteurs de notre avenir

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 01
En savoir plus