Notre avenir 3 min  de lecture

Et si la SWDE était au centre du changement climatique ?

Et si la SWDE était au centre du changement climatique ?

Saviez-vous que dans certains cas, durant l’été, on doit remplir des châteaux d’eau grâce à des camions citernes ? La sécheresse que nous connaissons depuis plusieurs étés et les effets du changement climatique ont un impact pour l’avenir de la gestion l’eau, donc pour la SWDE. Notre service Gestion des ressources en eau prépare ce futur. Membre de cette équipe, Claire Deroanne est hydrogéologue de formation. Elle nous parle de ce projet dont le nom de code est « schéma régional des ressources en eau 2.0 ».

Saviez-vous que dans certains cas, durant l’été, on doit remplir des châteaux d’eau grâce à des camions citernes ? La sécheresse que nous connaissons depuis plusieurs étés et les effets du changement climatique ont un impact pour l’avenir de la gestion l’eau, donc pour la SWDE.

Notre service Gestion des ressources en eau prépare ce futur. Membre de cette équipe, Claire est hydrogéologue de formation. Elle nous parle de ce projet dont le nom de code est « schéma régional des ressources en eau 2.0 ».

Remplir nos réservoirs ou nos châteaux d’eau par camions citernes lorsqu’il y a pénurie dans une nappe d’eau, cela représente un coût financier… mais aussi un coût environnemental. Cela permet à nos clients d’avoir de l’eau au robinet en continu. Mais ces pénuries ont un impact très lourd pour les industries, les agriculteurs ou encore l’aquatourisme (Center Parcs, Sun Parks,…).

Du coup, certains sont tentés de prélever illégalement de l’eau dans les cours d’eau. Cela s’est notamment vu à Mouscron durant l'été 2019.

Nous savons que les périodes de manque d’eau vont se multiplier. C’est pour cela que nous travaillons pour anticiper ces situations et pour répondre au mieux à la demande grandissante des agriculteurs, industries, etc.

Claire
Claire , Hydrogéologue

Au départ, ce projet (le fameux schéma directeur) s’est concentré sur la sécurisation de la fourniture d’eau et l’interconnexion des réseaux d’eau en Wallonie. La SWDE a développé des collaborations fortes avec les autres opérateurs de l’eau (CILE, VIVAQUA, INASEP, …). Grâce à cela, elle a pu mettre en œuvre 12 grands chantiers prioritaires qui interconnectent nos réseaux via la pose de plus de 400 km de conduites et la construction d’une vingtaine d’ouvrages.

Proposer plutôt que subir

Mais il faut également tenir compte de l’aménagement du territoire ou des demandes spécifiques des secteurs agricole, industriel ou touristique ainsi que de l’aménagement du territoire (zonings, lotissements, etc). Et c’est là que nous entrons en jeu avec le schéma régional des ressources en eau 2.0, depuis fin 2019.

Prenons un exemple concret : nous avons des contacts avec les agences de développement territorial. Demain, si un nouveau zoning industriel envisage de s’implanter, nous analyserons la situation et la configuration du réseau existant. Objectif : proposer les localisations qui sont les meilleures solutions au niveau de la distribution d’eau, au lieu de les subir.

Comment ? En se focalisant sur la gestion de l’offre (la quantité d’eau disponible) et de la demande. Nous développons un projet de modélisation avec les universités de Mons et de Liège. Nous allons modéliser 14 des 33 nappes d’eau wallonnes, les plus importantes stratégiquement pour la fourniture d’eau potable. C’est-à-dire que nous allons intégrer toute une série de données, notamment celles liées aux dernières sécheresses, qui vont nous aider à anticiper les prochaines crises. Et donc, à mieux réagir avant qu’elles ne surviennent.

Comme la demande en eau augmente tout le temps, nous devons continuellement trouver de nouvelles ressources.

Claire
Claire , Hydrogéologue

Cela va prendre plusieurs années pour tout mettre en place. D’ici à 2022, nous analyserons la situation pour localiser les besoins en eau les plus importants selon les secteurs. A partir de 2022, ce sera une phase d’investissement qui permettra de mieux utiliser l’existant ou de rechercher et d’exploiter de nouvelles ressources.

En résumé, nous aurons réussi s’il est toujours possible d’aller à Center Parcs ou de manger des légumes wallons en 2030, 2040,… C’est un peu réducteur, mais c’est l’idée.