Fauvillers : la "guerre de l’eau”... 5 ans après

Fauvillers : la "guerre de l’eau”... 5 ans après

En 2016, la SWDE reprend le réseau communal de distribution d’eau de Fauvillers. Cinq ans après, nous revenons sur cet évènement. Dans une interview croisée, le bourgmestre, Nicolas Stilmant et Erwin Grandjenet (conseiller communal de l’opposition) évoquent leurs dissensions d'alors.

Ne dit-on pas que l’eau est « l’or bleu » de la Wallonie ? Au regard des passions que peuvent soulever la gestion des réseaux de distribution au sein de certaines communes, on pourrait croire que cette ressource est un véritable trésor. Et lorsque qu’une entité décide de s’en séparer pour nous en confier la gestion, il n’est pas rare que les esprits s’échauffent. Ce fut le cas à Fauvillers en 2015 et 2016.

Un réseau vieillissant

Dans cette petite bourgade ardennaise blottie en lisière de la majestueuse forêt d’Anlier, le réseau de distribution d’eau est depuis toujours (en tout cas depuis que les habitants disposent de l’eau courante) géré par la commune. Et lorsque que la nouvelle majorité communale élue en 2012 évoque la possibilité de céder la gestion du réseau à la SWDE, c’est le tollé pour une partie des citoyens.

« Pour comprendre la situation, il faut bien en saisir les tenants et les aboutissants, explique Nicolas Stilmant, le bourgmestre de l’entité depuis 2012. Jusqu’en 2016, notre entité a disposé d’un réseau de distribution d’eau vieillissant. Le village et les environs de Fauvillers dépendaient en partie d’un captage situé au lieu-dit du « Trou du Cochon ». Le village d’Hollange et ses environs étaient, quant à eux, alimentés par le château d’eau de Sainlez appartenant à la SWDE. Depuis les années 90, cet ouvrage n’est en effet plus raccordé à aucun captage. Il sert à stocker l’eau en provenance du barrage de Nisramont. »

Au Centre d'exploitation d'Arlon, ils s'attendaient au pire

Bien avant la reprise du réseau par la SWDE en 2016, plus de 70% de l’eau distribuée sur l’entité provenait de Nisramont… et donc de la SWDE !

Nicolas Stilmant
Nicolas Stilmant , Bourgmestre de Fauvillers

Après s’être « plongé » dans le dossier de la distribution d’eau, le Collège estime que la maintenance du réseau est sous-financée de longue date et que sa réhabilitation risque d’être très, très coûteuse. « Si le prix de l’eau proposé aux habitants par la commune était plus bas que celui pratiqué par la SWDE en général, c’est que le « coût vérité » de l’eau était sous-évalué, commente le bourgmestre. Toute une série d’investissements n’avaient en effet pas été réalisés pour entretenir le réseau. La précédente majorité avait préféré se lancer, en vain, dans de coûteux chantiers de prospection pour trouver de nouvelles ressources hydriques ».

L’opposition monte aux créneaux

Pour Erwin Grandjenet, membre de l’opposition au sein du conseil communal, l’analyse est tout autre. « Pour nous, les travaux et les dépenses budgétaires n’étaient que des prétextes pour se débarrasser du volet gestion du réseau. Dans cette affaire, la majorité a interprété les chiffres à sa sauce en évoquant la vétusté des infrastructures. Elle a aussi pointé du doigt l’échec des prospections pour trouver de nouvelles zones de captage. Nous sommes bien conscients que tout réseau doit être entretenu et que cette maintenance à un coût. D’autre part, concernant de nouvelles ressources, la commune voisine de Léglise venait justement de trouver de l’eau dans le sous-sol de la forêt d’Anlier, à la frontière de notre territoire communal ».

Pour le bourgmestre, il n’y a pas d’alternative possible. L'enveloppe à consacrer par la commune pour remettre le réseau à niveau va faire grimper le coût-vérité de l’eau… et donc son prix au m3. Car en vertu de la législation wallonne, le prix de l’eau doit intégrer les coûts de production, de distribution et d’épuration. « Nous étions conscients que la commune allait devoir appliquer le coût vérité de l’eau et que le prix au m3 allait être plus élevé que celui proposé par la SWDE », précise encore Erwin Grandjenet.

La population le savait mais voulait malgré tout conserver le réseau au sein de la commune… Quel que soit le prix de l’eau. Pour beaucoup, c’était une question de principe…

Erwin Grandjenet
Erwin Grandjenet , Conseiller de l’opposition

Pour ou contre ?

La majorité communale s’engage à prendre le pouls de ses citoyens. Une consultation publique autour de l’avenir du réseau d’eau s’organise. « Pour nous, la situation était relativement claire : nous avions tout intérêt à céder le réseau pour éviter de voir nos factures d’eau exploser, résume le bourgmestre. Mais les débats sont rapidement devenus passionnels. J’ai même été comparé à un « nazi » dans un toute-boîte. »

A l’issue de la consultation, les citoyens se prononcent contre la cession du réseau. Le Collège en prend acte et décide d’investir dans sa remise en état… quoi qu’il en coûte aux habitants. Puisque telle est leur volonté : « Nous avons compris que, pour beaucoup d’habitants de Fauvillers, céder le réseau à un organisme régional signifiait une perte d’autonomie, de proximité et de service. Nous avions beau expliquer que le service de proximité allait être maintenu, rien n’y a fait » !

La panne de trop

Alors que toutes les dispositions sont prises par le Collège pour conserver le réseau au sein de la commune, une goutte d’eau fait déborder le vase. Nicolas Stilmant raconte : « Notre captage du « Trou du Cochon » à Fauvillers a subitement rendu l’âme quelques semaines après les résultats de la consultation populaire. Sa remise en état allait s’avérer très coûteuse et nécessitait son arrêt durant plusieurs mois. Ironie du sort, nous allions devoir consommer une eau fournie à 100% par la SWDE pendant plusieurs mois. Là, nous nous sommes dit que la coupe était pleine ».

Suite à la panne du captage du “Trou du Cochon”, nous allions devoir investir lourdement et répercuter ces coûts sur la facture d’eau de nos habitants… C’est à ce moment que nous avons pris l’initiative de céder le réseau.

Nicolas Stilmant
Nicolas Stilmant , Bourgmestre de Fauvillers

L’opposition en désaccord

Complémentairement à l’abandon de ce morceau de « patrimoine communal », les opposants à la cession du réseau évoquent aussi la perte de l’emploi local : « Pour les habitants de Fauvillers, le fait de disposer de fontainiers au sein de la commune était un véritable service de proximité ».

En cas de problème, il suffisait de téléphoner à la commune ou de s’adresser directement aux fontainiers. En passant par le call center de la SWDE pour obtenir de l’aide ou des renseignements, beaucoup d’habitants craignaient que le service n’allait plus être le même.

Erwin Grandjenet
Erwin Grandjenet , Conseiller de l’opposition

Erwin Grandjenet poursuit : « En plus, certains aspects n’avaient pas été clairement évoqués. Si le prix de l’eau proposé par la SWDE était certes plus avantageux, il n’en était pas de même pour les frais de raccordement au réseau. Ceux pratiqués par la SWDE sont supérieurs à ce que proposait la commune. Ce qui n’est pas vraiment un incitant pour attirer de nouveaux habitants… »

Pour le Collège communal, le constat est tout autre. Aucun emploi ne disparaît et le service de proximité reste le même. « Nous avons bien entendu négocié l’engagement de nos deux fontainiers au sein des équipes de la SWDE, fait remarquer le bourgmestre. Il était absolument hors de question qu’ils perdent leur emploi. Et comme ils étaient la mémoire du réseau, la SWDE a pu compter sur leurs connaissances pour établir un nouvel état des lieux ».

« Le goût de l’eau a changé » !

Moins de 6 mois après la reprise du réseau par la SWDE, un incident fortuit conforte le choix de la majorité. Une fuite importante survient en-dessous de la Nationale 4, au niveau du château d’eau de Sainlez. Les travaux pour la neutraliser s’avèrent compliqués car il faut intervenir en dessous de la voirie.

Tout le contenu du château d’eau s’est vidé en moins d’une heure sous la N4. Si le réseau était resté dans notre giron, nous aurions été complètement dépassés par les évènements. Il aurait fallu des semaines pour résoudre le problème. La SWDE a réglé ça en quelques jours.

Nicolas Stilmant
Nicolas Stilmant , Bourgmestre de Fauvillers

« Dès l’annonce de l’avarie, les équipes de la SWDE sont parvenues à repérer et isoler la section endommagée. Ces équipes ont pris toutes les dispositions pour alimenter en eau les habitations via d’autres sources d’approvisionnement. Les 2 ou 3 habitations qui ont tout de même été privées d’eau durant les travaux ont bénéficié de berlingots d’eau distribués par la SWDE. En quelques jours, l’affaire était résolue ».

Pour Erwin Grandjenet, la page est tournée et la polémique appartient désormais au passé. « Lorsque certains habitants me disent que le goût de l’eau a changé depuis la reprise du réseau par la SWDE, je souris. Nous consommions déjà en grande partie l’eau de la SWDE… et sa qualité était irréprochable ! »

Photo cover : Hotte - Fauvillers

FTLP P. Willems
FTLP P. Willems
Photographe