Nos à-côtés 4 min  de lecture

Jean, le goût de faire mouche

Jean, le goût de faire mouche

Ancien as des platines et des circuits d’auto-cross, animateur de la vie locale du côté de Montzen et Plombières, Jean Jägers est aussi un acharné du tir à la carabine. Véritable boulimique de la gâchette, il pratique quatre disciplines de front. Avec une seule idée fixe en tête : viser juste.

L’œil rivé sur la cible, le doigt sur la gâchette, Jean retient son souffle. Fontainier au sein des équipes Interventions Clients à Eupen, il nous a donné rendez-vous un samedi à son stand de tir de Plombières. Une légère caresse de l’index, un chuintement d’air discret, ponctué d’un claquement sec sur la cible située à une dizaine de mètres. Comme à son habitude, Jean vient de nous gratifier d’un tir parfait. Dans le mille. Net et sans bavure !

Lire aussi: Des moutons dans la ligne de mire de Jean

Jean est de la race des passionnés. Amateur de tir à la carabine depuis plus de 12 ans, il s’entraîne au minimum trois fois par semaine. Faut dire que Jean ne fait rien à moitié. Il a plus d’une cartouche dans son sac. Il exerce son sport dans pas moins de quatre disciplines différentes : le tir à la perche, le tir couché à 50 mètres, le tir à air comprimé à 10 mètres et le biathlon.

Biathlon-Fayenbois-23.09.2020_2
Dossard 190 - Jean participe au biathlon d'été 2020 de Fayenbois (10 km de cross)

Du rallye au tir à la perche

Jean a commencé dans la vie active comme chauffeur routier avant de rejoindre la SWDE il y a 27 ans. Les week-ends, il se muait en DJ pour animer les soirées du côté des Trois-Frontières. Sa passion pour le tir est venue plus tard : « J’ai commencé à tirer un peu par hasard, parce que des amis du village m’ont demandé de faire partie de leur équipe de tir à la perche. C’était en 2008. Je participais alors à des compétitions d’auto-cross et de rallye-cross ».

Comme le sport automobile était une passion qui me coûtait assez cher, j’avais dans l’idée de raccrocher pour me consacrer à autre chose… 

Jean Jägers
Jean Jägers , Fontainier RSCO – Eupen

Jean n’hésite pas longtemps. Le tir à la perche (ou « sur perches ») est une discipline solidement ancrée dans les traditions locales. Et puis c’est aussi l’occasion de rejoindre Jacky, son frère jumeau, qui s’est déjà laissé séduire par ce sport atypique.

Tir-Perche-Jean
La position particulière du tireur à la perche

L'entité de Plombières compte 5 sociétés de tir sur perches, dont les meilleurs éléments s’affrontent régulièrement lors de tournois inter-villages. Jean appartient à l’une des deux sociétés de Montzen, le village qu’il habite. Vu de l’extérieur, les règles semblent un peu compliquées. Les tireurs prennent appui sur un chevalet et doivent abattre des cubes d’un cm² fixés à une latte en bois, qui trône à plusieurs mètres de hauteur. Petite complication supplémentaire : les petits cubes doivent tomber dans un ordre précis.

Voir: un extrait d'une séance de tir à la perche à Montzen

Le Roy et l’oiseau

Un autre type de compétition locale revendique quant à lui son côté purement folklorique : le tir du Roy. Chaque premier samedi du mois d’août, durant la kermesse, tous les Montzenois et les habitants des alentours se réunissent pour assister au tir du Roy. Le but : abattre un oiseau en bois. « Les carabiniers des deux sociétés du village tentent chaque année leur chance pour devenir le Roy. Celui qui fait tomber le dernier morceau de l’oiseau reçoit ce titre honorifique. »

Montage-Jean-Jagers
Jean dans son costume traditionnel de membre de la Société de Tir Saint Etienne de Montzen - A droite: l'oiseau à abattre

Un peu comme pour un Prince Carnaval, le Roy préside, pendant un an, de nombreuses festivités. Mais surtout, il va devoir « payer des coups ». J’ai été Roy une année, et je sais ce que ça coûte (rires)…

Jean Jägers

Les rois et reines de chacune des 5 société s’affrontent alors dans un dernier round. Chacun tire à tour de rôle sur le volatile. Celui qui porte le coup de grâce est désigné roi fédéral. En 2019, le titre est revenu à Jean, après 217 coups pour venir à bout de l’oiseau !

Du biathlon en vétéran ?

Dans son stand à Plombières, Jean participe également à des compétitions de tir couché à 50 mètres avec des armes à feu de calibre « 22 Long Rifle ». Dans un autre registre, il s’adonne à des tirs de haute précision à 10 mètres en salle, avec des carabines à air comprimé. « Quand les prochaines 24 heures de tir de Plombières pourront avoir lieu, j’aimerais bien pouvoir initier mes collègues à cette discipline. D’ailleurs, je les invite tous », s’enthousiasme Jean !

Sa dernière marotte en date ? Le biathlon, un sport d’hiver qui combine tir à la carabine et ski de fond. « Je pars chaque année en Autriche pour m’entraîner. Et quand je serai pensionné, j’irai en Suède pour me perfectionner. Mon objectif final est de participer aux courses pour vétérans organisées en Allemagne et en Autriche ».

Tir-Biathlon-Seefeld-2020
Jean s'entraîne chaque année à la pratique du biathlon nordique dans une des stations de ski de fond du Tyrol autrichien