Une journée avec... 6 min  de lecture

Philippe, fontainier Interventions Clients

DRUART 121

Philippe est fontainier depuis 2009. Un nom de profession qui semble issu du temps de Manon des sources mais pourtant toujours actuel. Philippe, acteur de terrain, est à lui seul un corps de métier. Physiquement, il est un mélange de Capitaine Igloo et d’Obélix. On apprend sans étonnement, qu'avant de rejoindre la SWDE, il était tailleur de pierres ! Ses missions quotidiennes le font voyager de cave en cave. Nous l’avons suivi comme son ombre.

Ce photoreportage ne reflète bien sûr pas l'ensemble des missions dévolues aux fontainiers chargés des interventions sur nos installations et les compteurs chez nos clients. Ce n'est pas le but de cette série mensuelle Une journée avec... Nous avons accompagné Philippe pendant toute une journée de travail, prise au hasard. Voici comment elle s'est déroulée... C'était encore l'hiver !

7h45

DRUART-14_lowdef

Secteur de Soignies. Philippe blague avec les collègues rassemblés dans le réfectoire. Dans cet univers jaune canari, ça piaille, on refait le monde, privé ou professionnel. Les arômes de café et de chocolat chaud rassurent les ouvriers avant leur envol, ce jour là, sous zéro degré.

8h15

DRUART-2

Secteur de Soignies. Après avoir synchronisé son programme avec la planification, Philippe découvre son itinéraire et ses missions sur l’écran de sa tablette. Toutes les adresses où intervenir y sont indiquées ainsi que les problèmes à résoudre. Aujourd’hui, il est accompagné par Roland, un stagiaire en formation à la SWDE. Après un stage au Forem, celui-ci apprend à maîtriser les techniques de base du métier afin d’être capable de s’insérer sur le terrain au terme de son apprentissage.

8h34

DRUART-26

Sur la route de Beaumont. Philippe est d’habitude seul dans sa camionnette. Avoir des passagers bouscule ses habitudes. Fontainier est un métier d’enquêteur solitaire, où la solution souvent se cache dans les détails car selon lui « les fuites ne coulent pas de source ». Avant d’arriver chez les clients, il aime imaginer le futur décor de ses interventions.

9h21

DRUART-44

Fin de la première intervention. Les caves des clients révèlent des secrets enfouis. Philippe en a connu plus de mille. Lieu extrême de la maison, bien éclairé ou ne recevant la lumière du jour que par le soupirail, Philippe doit s’y faufiler. Qu’importe la terre froide ou les pavés humides de moisissures, la lumière impure, blafarde ou tamisée, sa lampe frontale est sa fidèle alliée.

9h54

DRUART-90

Deuxième intervention. Au milieu du living d’une ancienne maison, Philippe doit intervenir dans une cavette issue du temps où les communes s’occupaient de la production et de la distribution d’eau. Elle est trop petite pour permettre une intervention réglementaire mais Philippe doit se débrouiller avec cet héritage du passé. La difficulté ne l’impressionne pas, c’est le contraire, surtout quand il se couche dessus.

10h03

DRUART-104

Impossible d’intervenir dans la cavette sans démonter, après le compteur d’eau, une partie de l’installation privée. Le règlement de travail interdit à Philippe d’y toucher. En attendant que le client fasse le nécessaire, il prend quelques minutes de pause à l’extérieur. À 57 ans, Philippe estime encore son métier qu’il réalise en autonomie. S’il regrette l’accumulation des tâches administratives et les changements perpétuels dans l’organisation du travail, il apprécie la relation privilégiée avec le client qui voit souvent son arrivée comme une délivrance. Son air de gros dur a l’effet inverse, sa présence rassure.

11h29

DRUART-177

Le brouillard fait son travail, il brouille les pistes. Même le GPS s’est embrouillé. Alors il faut chercher à pied le numéro de la maison où intervenir. De ses recherches, Philippe retient les jardins qu’il observe au-delà des haies et des clôtures. Ils sont une passion. Dans le privé, il aime transporter les arbustes et le terreau, enraciner des plantes exotiques comme un penstémon, une agave ou une fougère arborescente et installer des statues moaï, tiki ou niwaki au bord d’étangs où ondulent des poissons koïs heureux dans ... l’eau.

Dans mon métier, les fuites ne coulent pas de source !

Philippe
Philippe , Fontainier Interventions Clients - Soignies

12h05

DRUART-289

Fin de la troisième mission. Philippe prend une photo du mur de façade pour faciliter l'intervention prochaine de ses collègues. Philippe ne fait pas de photos de balais ! C’est un repère pour indiquer sur l’image enregistrée la position de la conduite à remplacer. Madame la propriétaire prend inutilement la pose...

13h13

DRUART-336

Entre Gozée et Fontaine-l’Evêque. Philippe trouve une petite route en cul-de-sac où manger tranquillement son sandwich. Sa pause sera de courte durée car il a un peu de retard et le client suivant attend son arrivée. Malgré le froid, il profite de cet instant suspendu dans le brouillard. Le sandwich est le réconfort et le privilège de l’homme solitaire pressé à midi. Surtout quand Philippe avoue ne pas avoir eu le temps de préparer sa mallette matinale. Alors, en fonction de son humeur, il déchire le pain ou prend le temps de découvrir les couches du sandwich, qu’il soit italien, Dagobert ou américain.

15h35

DRUART-385

Philippe est rentré plus tôt que prévu au secteur. Un client était absent lors de son passage. Avec Roland le stagiaire, il fait le debriefing de la journée et évoque les problèmes rencontrés et les solutions apportées. Philippe aime beaucoup transmettre. Dans la mécanique des fluides, il y a beaucoup de débouchés. D’expérience, il sait que ni les formations ni les les écoles techniques n’enseignent avec exactitude le métier de fontainier.

16h55

DRUART-442

Afin de préparer sa journée du lendemain, Philippe réapprovisionne le stock de pièces de sa camionnette. Au magasin, il récupère des vannes, des têtes de vannes, des réducteurs, des compteurs, des mamelons et autres manchons nécessaires à ses interventions.

Et une petite anecdote pour conclure...

Un soir Philippe doit intervenir à Soignies. C’est une urgence. Il est de garde. La maison devant laquelle il gare sa camionnette n’a rien de particulier. S’approchant du portail, il constate que la musique à l’intérieur de l’édifice va relativement fort, mais rien d’inquiétant. Il sonne.

Une dame en parure légère lui ouvre la porte, elle porte une guêpière dont le profond décolleté s’affiche ostensiblement. Bas résille et porte-jarretelles sont assortis. Ses chaussures à talons hauts également. La dame a un verre de champagne à la main. Il n’est pas pour lui. Elle lui demande de la suivre à la cave et permet ainsi à Philippe de découvrir son dos où la finesse du tissu offre une vue agréable sur de jolis tatouages. Dans le couloir, Philippe a le temps de voir deux pièces où, sous l’éclairage de boules à facettes, d’autres dames, sans dessus dessous, sont également parées de bustiers, de nuisettes et de dentelles multicolores.

Philippe est professionnel. Il sait qu’on ne concilie pas l’eau et le feu. Arrivé dans la cave, il a géré la fuite. Simplement. La banalité de l’existence du fontainier...

Reportage

Roger Job
Photographe

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Osons un horizon durable

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 07
En savoir plus