Nos métiers 4 min  de lecture

Prêts en cas d’urgence : comment le SIPPT aide nos techniciens

Prêts en cas d’urgence : comment le SIPPT aide nos techniciens

Personne n’est jamais à l’abri du danger... Et certainement pas notre personnel qui travaille dans nos stations ! Au quotidien, les techniciens et analystes chimistes manipulent des produits chimiques. Souvent nécessaires pour potabiliser l’eau, ces substances présentent de nombreux risques pour leur sécurité. En cas d’incident, il faut réagir efficacement et adopter les bons gestes. Voilà pourquoi le SIPPT a organisé un exercice... en conditions réelles !

1

Pendant plusieurs semaines, j’ai préparé cet exercice pour qu’il soit le plus réaliste possible. Comme si c’était une immersion !” raconte Marie-Eve, Conseiller en prévention sur la zone Ouest”. “C’est vraiment le jour de l’exercice où j’ai été confrontée à la réalité. C’est un vrai challenge, mais ça permet réellement de faire évoluer la sécurité des agents.

L’exercice en question s’est déroulé au sein de notre station de potabilisation d’Ecaussinnes. Concrètement, il s’agissait de simuler le déversement de 100 litres d’Hypochlorite de Sodium (pour les moins scientifiques d’entre nous, entendez par là la formule pour l’eau de javel) dans un local de dépotage* pendant la livraison d’un camion. Le pitch de l’exercice a même été jusqu’à imaginer des brûlures sur l’un de nos techniciens.

L’objectif derrière cet exercice ? Aiguiller nos équipes techniques à adopter les bons gestes, comme si c’était en conditions réelles.

(*) Le dépotage, c’est le transfert de produit chimique d'un camion citerne vers les cuves de stockage

[Vidéo] Un technicien explique l'intérêt de ce type d'exercice

Des techniciens formés

L’intervention de chacun de nos techniciens infrastructures de production n’est pas laissée au hasard. Il faut suivre une procédure très précise.

Pour préparer au mieux le personnel de terrain, le SIPPT a mis en place des formations pour apprendre à réagir en cas de problème. Durant une demi-journée, les agents ont appris à adopter les bons gestes en fonction des différents cas de dysfonctionnement envisagés.

Pour chaque problème, nous avons mis en place des fiches-réflexes. Autrement dit, l’agent sait exactement les étapes à suivre pour garantir la sécurité de tous.

Marie-Eve
Marie-Eve , Conseiller en prévention

Cet exercice pratique complète la formation de base des TIP et des analystes chimistes en termes de gestion de risques et d’urgence. Il permet de mettre en place concrètement et de manière active les bonnes pratiques.

Un exercice loin d’être improvisé

Pour imaginer le scénario, Marie-Eve Choquet s’est basée sur les différents dysfonctionnements qui pourraient avoir lieu dans ce genre de station, avec un partenaire en gestion des risques, Mensura.

25

J’ai travaillé avec un ingénieur chimiste afin d’étudier tous les scénarios possibles sur base de l’analyse de risques réalisée. Avec lui, nous avons choisi un exercice de base afin de préparer au mieux les agents”, explique-t-elle. “Dans le futur, on pourrait ajouter des difficultés, comme par exemple, un blessé supplémentaire. Mais nous souhaitons y aller progressivement pour que les gestes de base soient parfaitement maîtrisés.”

Mieux manipuler les produits chimiques : pari réussi pour nos techniciens

Des résultats encourageants

L’avantage de ce type d’exercice, c’est qu’il permet de confronter la théorie à la pratique. Et même si tout avait été préparé dans les moindres détails, la réalité du terrain a mis en évidence quelques manquements tant au niveau du matériel qu'au niveau du processus :

Même si c’est un peu frustrant de ne pas avoir pensé à tout en amont, c’est vraiment à travers la pratique que l’on se rend compte des failles et donc, des points à améliorer

Marie-Eve
Marie-Eve

Après l’exercice, lors du débriefing, tout le monde est réuni autour de la table : les TIP, les chimistes, notre équipe du SIPPT et Mensura. C’est ensemble qu’ils ont pu identifier quelques pistes d’amélioration. Les échanges sont constructifs et les mesures concrètes.

27

J’ai remarqué que durant l’exercice, le transport du matériel n’était pas adéquat. Il faudra mettre un chariot à disposition. Pareil pour la pelle, il faudrait qu’on trouve un objet plus adapté pour ramasser les déchets chimiques.

Vincent
Vincent , Technicien Infrastructures de Production

Systématiser ce type d’exercice

Au final, ce projet de déversement a permis non seulement à nos techniciens d’adopter les bons gestes, mais aussi d’améliorer le niveau de sécurité.

À terme, le SIPPT voudrait systématiser ce genre d’exercice, en s’appuyant sur différents scénarios. “Tout comme on fait des exercices d'évacuation incendie, il faut pratiquer de la sorte avec les produits chimiques. Nous estimons qu’un exercice par an serait nécessaire pour maintenir la sécurité des travailleurs.”

À l’avenir, le SIPPT souhaiterait généraliser ce projet à l’ensemble des différentes stations.

Quand nos pompiers s'échauffent au sein de notre station d'Eupen

Notre programme d'actions

Contribuer à la transition énergétique

En savoir plus