Revue de presse 4 min  de lecture

Quand les médias présentent notre solution « détection de fuite » pour les communes non-SWDE

Screen Shot 02 28 24 at 12 23 PM

En février, c’est la première fois que la SWDE présentait son outil de détection de fuites à des communes qui gèrent elles-mêmes leur réseau d’eau. Baptisé « Dr Leak » (Docteur Fuites), ce système a également attiré l’attention de télévisions et journaux. Découvrons en détail, ce que les médias ont dit de nous en ce mois de février.

Depuis plusieurs années, nous avons revu notre méthode de recherche des fuites. Une méthode qui a fait ses preuves et qui s’apprête à s’exporter sous le nom de « Dr Leak » vers des communes non-associées à la SWDE. C’est dans ce cadre que Denis et Jérémy de notre service Innovation sont allés à la rencontre de 18 communes de la province du Luxembourg. Plusieurs médias étaient présents, notamment Vivacité (RTBF), TV Lux, SudInfo.

A voir : le reportage de TV Lux

A Libramont, mais il reste des fuites très lentes que l’on ne détecte pas et ce que propose la SWDE nous permettrait d’agir plus rapidement.

Bernard Jacquemin, échevin des Travaux , Sur Vivacité le 8/2/24

Vous aimeriez en savoir plus sur Dr Leak et ses résultats ? On revient sur ce sujet dans quelques semaines… 😉

L’Avenir et la DH font un focus sur notre vaste chantier dans le Brabant wallon pour sécuriser 40.000 raccordements

Du côté de Jodoigne, dans les campagnes entre Molembais, l’arrière de Fedasil et Piétrain, nombreux sont ceux qui constatent un important chantier. Tels sont les propos relayés par le journaliste qui détaille cet important chantier du schéma directeur. Cela consiste surtout à relier les captages de Dongelberg avec ceux de Jandrain, avec une interconnexion avec l’adduction de Vivaqua qui passe par Walhain.

Le chantier, dont la fin est prévue en août 2026, devrait coûter une trentaine de millions d’euros.

Encore un article qui permet d’expliquer localement nos projets de sécurisation de l’alimentation en eau.

Gosselies/Courcelles: des riverains se mobilisent contre un centre de tri de déchets inertes en évoquant l’impact négatif pour nos captages

C’est l’histoire de riverains habitant à une aile d’avion de l’aéroport de Gosselies qui s’opposent à la construction d’un centre de tri de déchets dans leur quartier. Pour mobiliser un maximum de monde autour de leur action, ils lancent une pétition et interpelle les médias. La DH leur consacre un sujet. Le risque de contamination de captages de la SWDE fait partie des arguments soutenus par les pétitionnaires.

Coûte que coûte de RTL débarque à la station de Soignies et à celle de Stembert

Screen-Shot-02-28-24-at-03.15-PM
Benjamin Maréchal s'apprête à goûter l'eau fraîchement traitée à notre station de Stembert.


L’eau du robinet est-elle de qualité ? Avec quels traitements ? Peut-on lui faire confiance ? Ce sont les questions qui sont traitées au travers de l’émission Coûte que coûte, animée par Benjamin Maréchal. Nous leur avons ouvert les portes de nos stations de traitement pour expliquer les moyens mis en œuvre pour « potabiliser » l’eau distribuée au robinet.

Voir l’émission de RTL-TVI

Bientôt de l’eau provenant de la carrière de Moha, à Wanze ? Une analyse est en cours

La carrière de Moha à Wanze (du côté de Huy) doit renouveler son permis l’autorisant à pomper l’eau afin d’être au sec pour extraire la pierre. Trois forages sont en cours pour caractériser la nappe phréatique en partenariat avec la SWDE, comme l’explique L’Avenir.

Le but est d’aller mesurer la pression de la nappe mais aussi la qualité de l’eau afin d’évaluer la faisabilité d’une valorisation. En fonction des résultats, la SWDE pourrait utiliser cette eau dans le circuit d’alimentation publique.

Extrait de L’Avenir du 16 février

A voir ce que donneront les résultats de cette étude et si cela peut devenir une opportunité intéressante. La SWDE a déjà beaucoup d’expérience dans la valorisation des eaux de carrière (qu’on appelle eaux d’exhaure), notamment du côté de Gaurain-Ramecroix.

Revoir le reportage photo sur le chantier à Gaurain

Nestlé et l’eau minérale traitée comme de l’eau du robinet (mais vendue au prix de l’eau minérale)

Une enquête menée par Radio France et Le Monde révèle que des marques d’eau minérale du groupe Nestlé ont subit des traitements pour purifier et désinfecter l’eau vendue en bouteille. Une pratique illégale, comme le décrit le magazine Trends-Tendances, puisque des eaux minérales sont exclusivement des eaux d’origine souterraine et qui doivent surtout être naturellement saines d’un point de vue microbiologique. Autrement dit, elles ne doivent nécessiter aucun traitement de désinfection pour être dénuées de bactéries dangereuses pour la santé.

Comme le précise Nadine Orivelle de Bortoli, responsable locale de l’association de consommateurs UFC Que Choisir, « vendre de l’eau 200 fois plus cher que l’eau du robinet alors qu’elle subit elle aussi des traitements, c’est complètement illégal ».

Extrait du Trends-Tendances

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Tous acteurs de notre avenir

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 01
En savoir plus