Nos projets 4 min  de lecture

Recherche de fuite par induction électromagnétique : pour ou contre ?

20220801 112510

Jusqu’à présent, nos équipes de recherche de fuites ont beaucoup misé sur le bruit de l’eau qui circule dans les canalisations pour repérer tout écoulement anormal. Mais le son n’est pas le seul atout. D’autres propriétés de l’eau peuvent être exploitées comme, par exemple, sa conductivité électrique !

L’eau, tout comme la plupart des métaux (fer, cuivre, etc.), permet la circulation du courant. Elle contient des sédiments et des minéraux. Plus sa teneur en sels minéraux est élevée, mieux elle conduit l’électricité. Les caractéristiques de l’eau sont variables selon les régions et les sols dans lesquels on la capte.

Découvrez les caractéristiques de l’eau qui sort à votre robinet

Même dans une eau peu conductrice (peu chargée en sels minéraux), le courant électrique peut créer un risque d’électrocution. Ce n’est pas pour rien qu’on nous recommande, depuis l’enfance, de ne pas utiliser un sèche-cheveux branché (ou un Gsm en charge) à proximité de sa baignoire remplie d’eau !

Comment ça marche ?

Très bien tout ça… Mais comment faire alors pour utiliser cette propriété de conductivité pour détecter l’eau qui s’échappe de nos conduites enterrées ?

Pour tester cette nouvelle méthode, l’équipe du projet « Nouvelles techniques de recherche de fuites » a fait appel à un étudiant de l’ULiège (ingénieur géologue) dont le mémoire de fin d’études portait justement sur le sujet.

Les essais ont été réalisés sur le site de captage de Vivegnis (Oupeye). Une fuite a été simulée grâce à une injection d’eau dans le sol. Le but de l’expérimentation consistait à repérer l’existence de la fuite grâce aux données enregistrées par l’appareil de mesure dont était équipé l’expérimentateur (voir schéma 1).

Schema1
La technique est à rapprocher de celle qu’utilisent les chercheurs de pièces ou de bijoux enfouis dans le sable grâce à un détecteur de métaux. C'est la même technique qui est utilisée dans les portiques de sécurité des aéroports.

Qu’est-ce qu’il se passe dans le sol ?

On ne va pas rentrer dans des explications trop scientifiques. Retenons seulement que la création du champ magnétique va engendrer du courant dans tous les éléments conducteurs d’électricité enfouis dans le sol :

  • les éléments contenant du métal (dont les canalisations)
  • l'eau

Ces éléments vont eux-mêmes générer un champ magnétique.

L’expérimentateur arpente le terrain en créant des lignes parallèles. Grâce à la connexion GPS, tous les signaux de conductivité du sol peuvent être reportés sur une image satellite. Ils apparaissent dans une couleur différente (voir schéma 2).

Schema2

Qu’est-ce qu’on observe ?

Les endroits où la conductivité est élevée correspondent au passage de la conduite(ndlr - l’appareil avec lequel le test a été réalisé permet d’analyser le sol depuis la surface jusqu’à 2m de profondeur). Difficile, dans ce type de configuration de faire la distinction entre une canalisation métallique et une étendue d’eau souterraine résultant d’une fuite (tout dépend bien sûr de son étendue, mais aussi de sa profondeur).

Dans tous les cas, l’expérience menée à Vivegnis pour retrouver la fuite n’a pas été concluante. A cause de la présence d’autres éléments conducteurs d’électricité qui influencent les résultats : la conduite, pour l’occasion. Mais on peut aussi imaginer qu’en voirie, les câbles électriques, les lignes téléphoniques, etc. perturbent également les mesures. Et puis, la simulation de fuite n’a pas marché correctement. Plutôt que de s’infiltrer en profondeur, l’eau injectée dans le sol remontait à la surface par le trou creusé pour l’occasion. Pour corriger le tir, le débit a été réduit. Mais la quantité d'eau injectée dans le sol était trop faible pour un test fiable (voir photo ci-dessous).

Robinet

Un des professeurs qui a suivi les travaux de l’étudiant de l’ULiège est convaincu de l’efficacité de la technique pour des fuites sur adduction. Sur un terrain favorable, vierge de tout câble souterrain, elle pourrait marcher

Un avantage insoupçonné

Si la technique de recherche de fuite par induction électromagnétique n’a peut-être pas montré tout son potentiel, elle permet, en tout cas, de repérer le juste alignement des conduites et de corriger les données qui existent dans notre SIG. Une seconde expérimentation a été menée à Perwez au Chemin de Chubrin. Et l’image satellite résultant du test parle d’elle-même… (voir schéma 3).

Schema3

De nouveaux tests vont être menés prochainement par un professeur de l'ULiège à La Roche-en-Ardenne. Avec une vraie fuite, cette fois. Affaire à suivre...

Découvrez un programme au hasard

Notre programme d'actions

Osons un horizon durable

OPP 1852 08 10 2022 Pictogrammes 1000px 07
En savoir plus