Nos à-côtés 3 min  de lecture

Cédric, toujours prêt pour un coup de "pousse"

Cédric, toujours prêt pour un coup de "pousse"

Sportif accompli, Cédric est aussi un homme de cœur. Avec des amis, il a créé il y a peu une asbl pour permettre à des jeunes à mobilité réduite de participer à des évènements sportifs. Sur des joëlettes – de petites chaises montées sur une roue –, ils peuvent ainsi « courir » un semi-marathon ou gravir les pentes d’une montagne mythique. Cédric  a répondu à l’appel à projets de l’opération #bravoswde 2020. Il a empoché un chèque de 2.500 € pour son association. 

Beaucoup de grands projets naissent sur le coin d’une table, au cours d’une soirée entre copains…

L’histoire de l’association « la Joëlette du Rire » tient de cet heureux hasard. Il y a un peu plus d’un an, Cédric Vanderlinden (back-office de Mons) est contacté par un de ses amis professeur dans un établissement d’enseignement spécial à Ghlin. Son projet : permettre à un enfant, dont la mobilité est limitée, de vivre un évènement sportif exceptionnel. L’idée est d’utiliser une « joëlette » pour participer au semi-marathon de Nivelles. Pour réaliser cet exploit, il a besoin d’accompagnateurs pour guider l'engin.

Mon ami connaissait ma passion pour la course à pied et savait que j’étais toujours partant pour donner un coup de main. Après avoir réglé quelques modalités pratiques et logistiques, nous avons loué une joëlette et formé des équipes de coureurs-accompagnateurs. 

Cédric Vanderlinden
Cédric Vanderlinden , Chef d'équipe back-office commercial (Mons)

Pilotage à portée de tous

Fauteuil tout terrain mono-roue, la joëlette a été conçue pour permettre la pratique de la randonnée à des personnes à mobilité réduite. On doit cette invention à un certain Joël Claudel (d’où le nom Joëlette) qui a bricolé cet engin pour emmener son neveu myopathe en balade. « Le pilotage d’une joëlette se fait généralement avec trois accompagnateurs, deux à l’avant et un à l’arrière, explique Cédric. Pour une randonnée pédestre, ce pilotage est à la portée de tout le monde et ne nécessite pas une condition physique exceptionnelle. Pour un semi-marathon, l’effort est plus conséquent et demande de nombreux relais. »

5e4811da9978e231068329a9
Portrait #bravoswde : Jean

Une expérience fabuleuse

Pour le semi-marathon de Nivelles qui s’est tenu en septembre 2019, une équipe de 15 accompagnateurs a été mobilisée, soit 5 X 3 coureurs. « Au bout de deux heures d’effort, nous avons bouclé la course », raconte encore Cédric.

Lorsque je cours en solo, je suis enfermé dans ma bulle. Là, c'est le contraire. Nous courons en équipe et sommes portés par les spectateurs. A l’arrivée, la joie qui se lit sur les visages de nos petits protégés fait vraiment plaisir à voir. C'est extraordinaire !

Naissance de « La Joëlette du Rire »

L’expérience est à telle point réjouissante que Cédric et ses amis décident d’investir du temps et de l’énergie pour pouvoir acheter leur propre  joëlette . L’asbl « La Joëlette du Rire » voit le jour. « Comme ces appareils sont construits à petite échelle en France (à Saint-Etienne), leur prix reste assez conséquent . Il faut en effet compter plus ou moins 3.800 € pour disposer d’un bon appareil. Avec plusieurs amis, nous avons donc créé notre propre association afin de pouvoir récolter suffisamment de fonds pour acheter des joëlettes. Nous avons ainsi lancé des collectes sur les médias sociaux, imprimé des casquette et des badges… Nous avons même créé une bière avec la brasserie du Borinage. A l’occasion de notre escapade sur les pentes du Mont Ventoux (France) en juillet dernier, nous avons - avec un viticulteur local - lancé un « Côte du Ventoux » avec notre propre étiquette. »

Portrait #bravoswde: Dino

Joie partagée

Après l’achat d’un premier appareil début 2020, les nombreux projets de collectes et le coup de pouce de la SWDE (2.500 €) leur a permis d’acquérir une seconde Joëlette.

T3B4182


« Aujourd’hui, nous sommes prêts à aider ceux qui en font la demande en fournissant les appareils et les équipes qui vont avec , commente Cédric. Avec la crise du Covid-19, nos activités sont bien sûr à l’arrêt, mais nous comptons bien nous rattraper dès que nous le pourrons. Car pour nos « extraordinaires » c’est ainsi que nous désignons les jeunes à mobilité réduite – l’expérience est toujours fabuleuse. Et pour rien au monde, je ne voudrais me priver de cette joie partagée ! »

Portrait #bravoswde : Magda