Nos métiers 5 min  de lecture

Dans l'ombre du Schéma directeur : Ingénieur & dessinateur, le duo gagnant

Dans l'ombre du Schéma directeur : Ingénieur & dessinateur, le duo gagnant

Comme le déploiement de notre « Schéma directeur » est devenu hautement stratégique, le bureau d'études de la SWDE se concentre désormais sur ce chantier titanesque. Véritable cheville ouvrière des équipes de terrain, le duo « ingénieur/dessinateur » conditionne en grande partie la réussite des projets. Témoignages croisés avec Mohamed, Ingénieur civil architecte, & Anne-Françoise, dessinatrice.

Engagé au bureau d’études il y a un peu plus de quatre ans, Mohamed assure la gestion des 6 projets du schéma directeur de la zone Brabant Wallon Est (pose de conduites et construction d’un château d’eau et d’un réservoir). En plus de cette mission de coordination, il se charge également de l’étude de plusieurs projets. «Théoriquement, ma mission concerne tant les constructions d’ouvrages que les poses de conduites. Pour le schéma directeur Brabant Wallon Est, nous devons notamment déployer quelque 50 kilomètres de tuyaux, dont le diamètre est compris entre 200 et 400 mm.»

Serge façonne le casting des entrepreneurs

De la fiction à la conception

Au quotidien, Mohamed effectue un travail technico-administratif qui nécessite des aptitudes techniques et de gestion de projet. «Pour les projets concernant notre Schéma directeur, nous répondons expressément aux demandes de nos clients internes. En l’occurrence, nos collègues de la Production nous interpellent sur base d’un besoin. Nous recevons alors une notice de projet que nous analysons. En fonction des conclusions de cette analyse, nous challengeons les solutions envisageables et nous étudions la mise en œuvre de la plus pertinente. La finalité de notre mission – soit le livrable que nous fournissons à nos clients internes et au service achat – est un ensemble de plans techniques: coupes, plans terriers, profils, détails des chambres, plans des bâtiments, etc.»

Mohamed_ingénieur-dessinateur


Dès l’entame de l’étude, l’ingénieur chargé du projet rédige un cahier des charges administratif comprenant un bordereau de métrés, les reportages photos, les documents de sécurité, les permis administratifs, etc. Pour l’épauler dans cette tâche, son dessinateur ou sa dessinatrice attitré(e) va effectuer les repérages sur le terrain et dessiner les plans nécessaires.

Pour un travail abouti, l'ingénieur et le dessinateur doivent unir leurs compétences. Nous sommes de vrais acolytes !

Mohamed
Mohamed , Ingénieur civil architecte

Une équipe soudée

Anne-Françoise, qui travaille depuis plus de 27 ans comme dessinatrice au service canalisation du bureau d’études, est enthousiaste comme au premier jour. Elle fait partie d’une équipe chargée de déployer le schéma directeur dans la région liégeoise. Selon les impératifs du moment, elle partage son temps entre du repérage sur le terrain et la réalisation des plans qui serviront au cahier des charges. «Lorsque nous avons défini le tracé, nous faisons appel aux géomètres du service afin qu’ils puissent effectuer les relevés nécessaires à la réalisation du profil en long.À partir de ce profil, nous allons repérer les points bas et les points hauts du tracé. C’est cette localisation qui va nous permettre de définir l’emplacement des chambres de jonction et celles qui vont abriter les appareils. Pour que le projet aboutisse dans les délais, il faut que tous ces différents éléments soient très méticuleusement programmés. Et c’est généralement l’expérience acquise au fil des années qui fait que l’on «sent» les bons choix.»

JOB0831


Ce n’est que lorsque le tracé est définitivement établi, qu’Anne-Françoise dessine les plans. «En règle générale, je passe 40% de mon temps sur le terrain et 60% devant mon écran. C’est d’ailleurs pourquoi je travaille en binôme avec un autre collègue dessinateur: quand lun fait des relevés sur le terrain, l’autre trace les plans à l’écran.»

Mon métier est passionnant et a sensiblement évolué depuis que je travaille pour le schéma directeur. L’ingénieur avec qui je travaille me laisse souvent prendre des libertés de manière autonome. Cette complicité est avant tout basée sur la confiance .

Anne-Françoise
Anne-Françoise , Dessinatrice

Le projet dans l’œil …

Sur le terrain, les décisions sont conjointement prises avec le dessinateur (trice). Et les options choisies dépendront en grande partie des observations de ce dernier.

Dans le choix du tracé, l’avis du dessinateur (trice) est primordial. Comme ils sont souvent sur le terrain, ce sont des observateurs privilégiés

Mohamed
Mohamed

Le dessinateur (trice) est littéralement « l’œil » de l’ingénieur qui va exploiter ses observations pour étayer son dossier. Car lorsqu’il s’agit de réaliser le tracé définitif, c’est l’expérience croisée du duo qui va permettre de trouver les passages qui occasionneront le moins de difficultés administratives et techniques. «Pour passer en dessous d’une chaussée, nous allons par exemple privilégier les «fonçages» pour ne pas devoir ouvrir de tranchées», explique Mohamed. «Et c’est là que nos dessinateurs nous sont indispensables. Grâce à leur expérience, ils savent quelles sont les zones les plus sensibles. Ils connaissent également toutes les prescriptions de base qui prévalent pour telle ou telle situation.»

... L'oeil du projet

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les ingénieurs apprécient particulièrement les dessinateurs et dessinatrices qui ont roulé leur bosse aux quatre coins de la Wallonie. «Je sais pertinemment que certaines régions sont plus «compliquées» à gérer que dautres », explique encore Anne-Françoise. «Quand on travaille du côté de Charleroi, on peut par exemple tomber sur d’anciennes lignes de tram qui n’existent plus. Une autorisation sera néanmoins nécessaire pour intervenir sur la zone. Dans certaines régions, les égouts sont plus profondément implantés qu’ailleurs… dans d’autres, la roche est tellement dure qu’il est préférable de ne pas y installer de chambres… Quand un jeune ingénieur débute dans le service, c’est le genre d’informations que nous devons leur communiquer. De son côté, l’ingénieur avec qui je travaille habituellement ne va pas hésiter à m’aider si j’ai besoin d’un renseignement.»

Sélim, géomètre : l'homme qui montre la voie

Un échange qui semble convenir à toutes les parties … «Je dois reconnaître que je dois une grande partie de mes connaissances pratiques aux échanges que j’ai avec les dessinatrices et dessinateurs de mon service», souligne Mohamed. «Pour moi, la réussite dun projet dépend de la synergie qui va s’établir entre nous deux. Le duo doit impérativement fonctionner en symbiose tout au long du projet. Quand ces conditions sont remplies, le projet peut aller très vite...»