Nos métiers 3 min  de lecture

Dans la peau d’un surveillant de chantiers

Dans la peau d’un surveillant de chantiers

Partagé entre le terrain et le bureau, Marc est surveillant de chantiers en Distribution. De la pose des tuyaux à l’installation de la bouche d’incendie en passant par les raccordements, il doit sans cesse jongler entre le technique, l'administratif et l'aspect financier. La preuve sur ce chantier à Welkenraedt.

J’apprécie énormément mon boulot : je suis libre d’organiser mes journées comme je le sens, tout en sachant que je devrai sans cesse m’adapter aux imprévus de chantier”, explique-t-il.

Entré à la SWDE en 2002, d’abord comme fontainier et ensuite comme chef de secteur, Marc Frisschen est aujourd’hui surveillant de chantiers de la Zone Est.

Ce métier me passionne. Les tâches sont diversifiées et je rencontre beaucoup de monde

Marc Frisschen
Marc Frisschen , Surveillant de chantiers

Dès 8h : au bureau

Marc commence généralement sa journée au bureau. “J’imprime les plans, j’envoie des mails, etc. J’échange avec des chefs de secteur, avec d’autres surveillants”. Son travail demande une grande rigueur administrative.

Avant de lancer un chantier, Marc contacte la commune, les commerces, les riverains, etc.

Il rencontre également les entrepreneurs et les sous-traitants, voire le SPW pour certains projets. Il organise des réunions et se rend sur place pour examiner l'environnement du chantier (espace public, éclairage, etc.)

Surveillants de chantiers : les garants du travail bien exécuté

Je vais souvent en repérage avant le début d’un chantier. Pour moi, c’est la garantie de bien connaître la géographie des lieux et de pouvoir, si jamais, résoudre un problème par téléphone en cas de souci. Je sais exactement où se trouvent la voirie, les bâtiments, etc.

Marc Frisschen
Marc Frisschen

10h-11h : en route pour les chantiers

Marc gère entre 4 et 6 chantiers en parallèle. Je me rends quotidiennement sur mes chantiers afin de vérifier que tout se passe bien. Je suis constamment sur la route : je vais de Waimes à Welkenraedt, en passant par Raeren”.

Sur place, ce surveillant rencontre les équipes de sous-traitants. Il apprend à connaître les hommes de terrain et les coordonne, en fonction de leur manière de travailler. “Je suis parfois amené à prendre des décisions difficiles. Dans ce cadre-là, c’est plus facile de travailler avec des sous-traitants qu’avec d’anciens collègues comme je le faisais en tant que chef de secteur.”

Sur place, Marc vérifie la pose des tuyaux, le tracé, la pression de l’eau… Il s’assure que les zones critiques du réseau soient correctement réalisées. Il prend de nombreuses mesures.

La gestion de l’imprévu : 5 jours/7, de nuit ou en congé

Il gère de nombreux imprévus tout au long de la journée. “Il y a peu de temps, un entrepreneur est tombé pile sur les bases d’un pylône lors de l’installation des tuyaux. Il m’a donc contacté pour voir ce qu’il fallait faire. J’ai alors décidé de contourner le tracé le long du jardin d’un riverain, plutôt qu’en voirie.”

Face au Covid-19, il a fallu s'adapter sur chantier

Marc doit être disponible durant toute la durée du chantier, même s’il est en congé, afin que le chantier ne soit pas arrêté.

Les imprévus sont multiples : des plans d’origine mal mesurés, l’absence d’une vanne indiquée sur le plan, une conduite de gaz mal renseignée, la plainte d’un commerce, ...

Fin de journée : suivi de chantier

De retour au bureau, il rassemble toutes les notes qu’il a prises dans son carnet tout au long du chantier : le tracé exact, les raccords, les points d’attention… Il dessine les plans de manière manuscrite. Toutes ces données sont transmises au géomètre ainsi qu’au service informatique pour les intégrer dans le système d’information géographique (SIG).

Je sais que mon travail a de l’impact à long terme : les installations sont prévues pour durer entre 50 et 100 ans

Marc Frisschen
Marc Frisschen

Face à l’ampleur des tâches à effectuer, la SWDE a lancé en avril 2020 un plan de formations à destination des surveillants afin de mieux répondre à leurs besoins. Ces formations ont tout leur sens quand nous prenons conscience de l’importance de cette fonction.

Un plan de formations construit pour (et par!) les surveillants