Covid-19 3 min  de lecture

Ils sont devenus nos nouveaux collègues… en plein confinement !

Ils sont devenus nos nouveaux collègues… en plein confinement !

Changer de vie professionnelle, cela peut être stressant. C’est encore plus particulier lorsque vous démarrez à la SWDE en plein confinement ! Qu’ils exercent un travail de terrain ou de bureau, ces collègues ont vécu une entrée en fonction inédite. Témoignages croisés.

« J’ai commencé mon nouveau boulot en télétravail… et avec mes enfants ! » s’amuse Aurélie Brandt, arrivée au service RH de Verviers en avril dernier alors que l’épidémie bat son plein. Des mails, des visages en vidéoconférence et quelques appels : voilà les seuls repères dont elle dispose pour son premier jour chez nous… vécu depuis son domicile.

Une intégration virtuelle qui se passe plutôt bien : « J’ai reçu tous mes accès ainsi que mon ordinateur de travail une semaine avant le début de mon entrée en service. Le jour J, j’étais à la maison mais j’avais tout pour commencer sereinement. En plus, Marie-Christine, ma responsable était très présente et rassurante. »

Je me suis installée pour télétravailler … pour la première fois de ma vie !

Aurélie Brandt , Employée au service RH

Fraîchement recruté lui aussi, Ahmed Abdi travaille comme technicien infrastructures de production à la station d’Eupen, depuis le mois de mars. « J’étais attendu sur site, le lundi 16 mars, soit le premier jour du confinement ! J’étais assez inquiet et je me doutais bien que ça allait être compliqué de commencer dans de telles circonstances. Finalement, j’ai dû rester chez moi.»

Covid-19 : Reprise de service pour nos collègues de terrain

Une intégration à distance

Pour leur premier jour, Aurélie et Ahmed n’ont donc pas droit à la traditionnelle visite des lieux, pas de rencontre avec les collègues et encore moins une présentation de l’entreprise...

Si nos deux recrues commencent tous les deux leur nouvelle carrière dans ce contexte historique, leur intégration respective a été bien différente.

Pour Ahmed, qui pratique un métier de terrain, il est en principe impossible de l’exercer à distance. Pourtant, c’est bien depuis la maison qu’il prend ses fonctions : « je suis resté deux semaines chez moi pour étudier les plans de la station. Ça permettait à mes responsables de m’accueillir un peu plus tard dans de meilleures conditions. »

Je posais mes questions à distance. Mes collègues étaient toujours disponibles par mail ou par téléphone. Le courant est bien passé alors qu’on ne s’était pas encore rencontrés !

Ahmed Abdi , Technicien infrastructures de production

De son côté, Aurélie occupe une fonction « télétravaillable ». Du coup, l’embarquement à la SWDE se fait de manière digitale à 100%. Ce qui lui pèse le plus ? Le manque de contact humain ! « J’étais assez stressée parce que c’est moins personnel et moins propice aux interactions… Dans la réalité, on peut interpeller plus facilement alors qu’en ligne, on a peur de déranger. Heureusement, mes collègues ont tout fait pour me mettre à l’aise et je ne me suis pas sentie comme la petite nouvelle ! »

Il y a aussi du positif à entamer un nouveau job à distance : « j’ai pu étudier la matière et prendre connaissance des dossiers bien au calme, à la maison. Je pense que j’aurais été moins concentrée dans l’effervescence du bureau ! »

Face au Covid-19, le Facility Management aménage nos sites

Le présentiel, comme une deuxième rentrée !

Après une quinzaine de jours, Ahmed peut entrer dans le vif du sujet et commencer ses interventions sur site. « J’ai reçu un kit anti-covid-19 et mes collègues m’ont tout expliqué tout en respectant le mètre cinquante de distance », explique Ahmed.

J’ai cru que j’allais me retrouver tout seul, qu’on ne m’aide pas, mais que du contraire ! Malgré l’épidémie, j’ai été super bien accueilli !

Ahmed Abdi , Technicien infrastructures de production

Pour Aurélie, il faut attendre le 8 juin, soit quasi deux mois, avant de voir quelques collègues « pour de vrai ». « C’était comme une deuxième rentrée. Mes deux collègues Geneviève et Sandra m’avaient donné rendez-vous et ont pris le temps de me faire visiter nos bureaux. En plus, j’ai été très vite rassurée car le SIPPT était présent pour expliquer les règles de sécurité ».

J’étais super impatiente de rencontrer du monde et de m’installer à mon bureau !

Aurélie Brandt , Employée au service RH

Comme toutes nos fonctions pour lesquelles le travail à distance est possible, Aurélie travaille la moitié du temps sur site et l’autre à la maison. Après six mois de service, elle n’a donc pas encore pu rencontrer toutes les personnes de son équipe… en chair et en os : « Ce sera un peu comme ma troisième rentrée ! »